Le pochon en tissu

Il ne me reste plus que deux minutes, deux petites minutes. Mais je suis malgrĂ© tout dans les temps. Je presse un peu les Ă©lĂšves de se faire plus silencieux dans les couloirs avant d’arriver devant la salle. La porte est fermĂ©e, comme d’habitude. C’est mon Ă©preuve du matin : complĂštement dĂ©sorganisĂ©e, je perds toujours ma clĂ© usb et celles de l’Ă©tablissement.

Mais pas ce matin ! Hier soir, j’ai farfouillĂ© dans mes affaires et retrouvĂ© un petit pochon en wax, je l’ai extirpĂ© des souvenirs et du passĂ© pour lui donner corps dans mon prĂ©sent. Je le sors triomphalement de ma sachoche, prĂȘte Ă  entendre les applaudissements de la foule des Ă©lĂšves, dĂ©chaĂźnĂ©s d’enthousiasme devant autant d’organisation.

Et Ă©videmment j’essaye d’ouvrir la porte avec la mauvaise clĂ©. Regard de commisĂ©ration : « vous y arriverez un jour madame ». Bon, le sans faute n’est pas pour aujourd’hui. Les Ă©lĂšves regardent la pochette en tissu avec intĂ©rĂȘt : « c’est joli ça madame, ça vient d’oĂč ? ». Au mĂȘme moment je dĂ©verouille la porte et parviens Ă  installer les Ă©lĂšves et dĂ©marrer l’ordinateur avant la seconde sonnerie.

Aujourd’hui la salle de classe, demain je conquiers le monde.

Texte Ă©crit dans le cadre d’un atelier d’Ă©criture, si vous dĂ©sirez un retour sur cet atelier n’hĂ©sitez pas Ă  me le signaler en commentaire ♡

Publicités