2017, Not really sure how I feel about it

Bonjour à tous et à toutes !

J’espère que vous avez passées de merveilleuse fêtes de fin d’année à votre image et que vous démarrez 2017 tout en douceur.

De mon côté, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’ambiance des fêtes. Peut-être avais-je mis la barre trop haute pour cette année où je suis continuellement sollicitée à la fois sur le plan professionnel et personnel ? Qu’à cela ne tienne, ce sont les autres qui m’ont offert un Noël affectueux et plein de cadeaux.

Voici tout de même un aperçu des instants, souvent intenses, qui ont marqué mon année et quelques mots d’intention pour celle à venir.

Inspirée par Armalite, je choisis tous les ans un mot qui m’accompagnera. Ce mot est un phare qui me guide dans les moments de doute et m’aide à garder en vue ce qui compte vraiment pour moi.

En 2013 et 2014 j’étais partie sur « confiance » et il ne m’avait pas fallu moins que ces deux années pour progresser sur cet épineux sujet.

En 2015 c’était « agir » qui m’a conduite à faire tout un tas d’expériences importantes ou anodines grâce à la confiance que j’avais acquise les deux années précédentes.

En 2016, c’était « accepter » qui m’importait, je sentais que l’année serait pleine d’embûches. Avoir confiance et agir oui, mais pas n’importe comment car on a tôt fait d’éparpiller ses forces. Accepter c’était laisser filer et reconnaître qu’il y a des choses qui ne dépendent pas de ma volonté ; me détacher affectivement de ce que je ne pourrais pas maîtriser même si j’y consacrais le reste de mon existence.

Alors du coup, qu’est-ce que l’acceptation a changé dans ma vie ?

1/ Professionnellement

Je n’ai pas élaboré ici, mais les derniers mois que j’ai passé à McDonald’s ont été extrêmement difficiles. J’ai accepté que je n’avais plus ma place dans l’entreprise qui m’a aidé à grandir pendant mes études.

Mon directeur de recherches à l’université me poussait beaucoup. Même si j’étais attachée à mon sujet de mémoire, j’étais malheureuse car je ne travaillais plus pour moi mais pour répondre aux attentes des équipes pédagogiques. J’ai accepté qu’un potentiel n’appelle pas nécessairement de réalisation. J’ai accepté de ne pas avoir de parcours linéaire et d’explorer d’autres options.

Je me suis présentée à un concours. J’ai accepté d’embrasser la posibilité d’un échec pour m’offrir le droit de vivre un succès. Et c’était franchement bien joué, parce que depuis toute ma vie a changé et je me sens à nouveau stimulée !

2/ Relationnellement

Au cours des dernières années j’ai considérablement restreint mon cercle social, tout en continuant de penser aux personnes qui ont partagé ma vie. Désormais j’accepte d’avoir choisi et assume ma part de responsabilité. J’ai repris contact doucement avec certain/e/s et laissé les autres poursuivre le cours de leur vie. Ma relation à ces amitiés anciennes désormais plus apaisée, j’essaye d’accepter d’être vulnérable lorsque de nouvelles relations sont à explorer.

Vivre le deuil. Accepter l’idée de laisser certaines choses en suspens

Je ne m’épanouis pas tellement dans les groupes, à bien des égards je suis une solitaire franchement individualiste ; et pourtant en 2016 je me suis engagée auprès d’un être aimé.

J’accepte aujourd’hui d’accorder la paix au passé pour mieux réaliser l’avenir et créer de nouveaux souvenirs.

3/ Personnellement

Plus que la confiance ou l’action c’est l’acceptation qui a tout changé. Parce qu’en cours de route j’ai bien été obligée de m’accepter moi. Depuis que j’apprends à tomber le masque je suis un peu à fleur de peau, mais damn girl qu’est-ce que je me sens mieux !

J’accepte de prendre soin de ma peau et de ma psyché. Je regarde ce petit corps tordu et ce visage froid et je les fais miens, ils sont moi. Ce parcours aussi louvoyant que mes pensées est à moi. Cette façon de regarder et de sentir le monde est à moi. J’apprends qu’il y a de la beauté dans mes singularités.

Et maintenant ?

Au cours de la dernière décennie j’ai vécu des instants de fragilité extrême. Flétrie par la douleur j’ai eu besoin de temps pour réapprendre. Apprendre à me faire confiance, apprendre à me lancer et agir, apprendre à lâcher prise.

Aujourd’hui je crois que je vais passer à la suite et me mettre à vivre.

Enfin, parce qu’il faut que ce soit dit : je suis très contente de vous savoir à mes côtés pour cette année supplémentaire et remercie en particulier celles qui, ces derniers mois, ont pris la peine de laisser ici et là l’empreinte de leurs passages. Vos mots toujours doux m’ont réchauffé le cœur, merci d’être là.

Pour 2017 je vous souhaite plein de petites bulles de bienveillance pour faire pétiller vos vies, du beau temps pour éclairer vos âmes et des plaids tout moelleux pour la couvrir en cas pluie.

84046 douces pensées ღ

Publicités

4 commentaires sur « 2017, Not really sure how I feel about it »

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s