📚 Lire

Liseuse Kobo Aura H2O: l’épreuve du feu

Ma famille s’est cotisée pour mon anniversaire afin de m’offrir une liseuse Kobo Aura H2O (avec le plus adorable mignonesque choupinesque étui du monde). Je l’utilise depuis un mois maintenant, et je pense avoir suffisamment de recul pour vous livrer mes premières impressions.

Liseuse ? Horreur et damnation !

Avant je ne jurais que par le livre papier. Comme beaucoup d’amateurs de littérature, j’apprécie de pouvoir sentir la douceur des pages sous mes doigts et j’adore renifler les bouquins (qui a dit « fétichiste » ?).

Je suis étudiante en master de lettres, dans ma formation nous restons très attaché.e.s au papier. La plupart des enseignants imposent encore d’acheter des livres papiers, même pour un texte libre de droit.

Dans le cadre de mon mémoire je ne travaille que sur des livres papier, avec en particulier un roman graphique, Watchmen. Et j’estime qu’il est beaucoup plus difficile à ce jour pour les liseuses de rendre la magie d’une bande-dessinée.

Mon ordinateur commence à dater, mon téléphone portable est antédiluvien et je n’ai pas de tablette numérique. Je rame même avec le système tactile du travail. Je ne me sentais pas le cœur de cible de cette nouvelle révolution technologique.

Transition vers le numérique

Je suis étudiante-salariée, mon budget est limité et utiliser le numérique permet souvent de faire des économies. En prime les transporter sur le pc dont je me sers pour prendre des notes m’évite de surcharger inutilement mon sac.

Malgré le penchant marqué de mes profs pour le papier, j’ai donc pris l’habitude de trouver des textes en format numérique libres de droit (comprendre gratuit) pour toutes mes lectures secondaires.

Mais lire par ordinateur, alors que je travaille sur ordinateur, que je contacte mes ami.e.s via mon ordinateur… J’avais l’impression que mon univers se réduisait à ce fameux ordinateur. Ca me fatiguait les yeux et, moralement, ce n’était pas la panacée.

Je peux l’avouer aussi, depuis quelques temps, j’avais perdu le feu sacré. Je ne retrouvais plus le plaisir qui me portait auparavant dans mes lectures.

liseuse-kobo-aura-h2o

Ma révolution Kobo

Point technique

Résistante à l’eau, elle est surtout correctement équipée contre la poussière puisque ses ports usb sont fermés. Je n’ai pas à me plaindre de la batterie ou de la contenance et la mise en route s’est faite de manière hyper intuitive. La charge usb est facile, même si à mon humble avis un chargeur secteur aurait été bienvenu.

Outre sa légèreté, elle tient parfaitement dans ma toute petite main. J’ai l’impression de lire un livre de poche. Modification des polices, taille des lettres et marges… Tout est fait pour faciliter la vie de l’utilisatrice que je suis.

Je suis assez séduite aussi par la possibilité – que je n’ai pas encore utilisée – d’annoter mes bouquins. Je ne le fais jamais dans les livres de papier parce que j’ai toujours peur de les abimer mais pour les cours ou simplement conserver une citation aimée, je trouve ça très bien de pouvoir le faire sur liseuse.

J’approuve également le « faux blanc » de l’écran censé imiter la couleur d’une page de livre irl (in real life) que je trouve agréable à l’œil. Petit bémol sur le temps de chargement des pages, je lis rapidement et parfois cela manque un peu de fluidité. Par contre j’ai apprécié de pouvoir configurer la façon dont j’allais tourner les pages.

Point lifestyle

A titre personnel la liseuse m’a changé la vie. Je mène une vie très active, je me partage entre la ville où j’étudie et l’environnement moins urbain où je travaille, ce qui implique également pas mal de temps de transport.

Je peux lire dès que j’ai cinq minutes, ce qui n’est pas le cas quand je dois embarquer un bouquin de mille pages dans le sac à main. La liseuse a donc a pas mal changé ma pratique de la lecture.

En regardant les statistiques de la liseuse j’ai constaté que j’ai lu environ une dizaine de livres en une trentaine d’heures par sessions de moins de dix minutes en moyenne. Avant je devais « prévoir » ma plage lecture, en conséquence je lisais plus longtemps mais finalement quantitativement beaucoup moins.

J’ai choisis de ne pas connecter ma liseuse en wifi parce que la dimension « livre » est importante pour moi. Pour l’instant j’aime pouvoir l’utiliser comme un livre classique et avoir cette coupure avec le quotidien que j’apprécie tant.

Avec la liseuse, la magie opère à nouveau. Je retrouve le guilty pleasure de mon enfance, à me dire « oh encore quelques pages ! », et l’impatience de reprendre ma lecture quand je suis obligée de m’interrompre. Du coup je suis partie dans un trip nostalgique et je me fais une intégrale d’Arthur Conan Doyle et Agatha Christie en souvenir de mon adolescence (Jules Verne tu y passeras aussi !).

La liseuse Kobo Aura H2O ressuscite ma passion de la lecture en l’adaptant tout simplement à mon rythme de vie.

Publicités

Un commentaire sur “Liseuse Kobo Aura H2O: l’épreuve du feu

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s