Et si on repartait pour un tour ?

Pourquoi ?

Le 15 septembre je devais rendre mon mémoire et mettre ainsi un terme à deux années de master de recherche en lettres moderne.

Il était rédigé, manquait une jolie conclusion. Et puis mon directeur de mémoire m’a fait part de ses réflexions. C’était présentable, mais il y avait encore des éléments à améliorer selon lui pour donner quelque chose de « vraiment bien ».

Je suis salariée. Mon université propose pour les étudiants salariés d’effectuer la seconde année de master sur deux ans pour le rendre plus vivable.

Mon directeur de mémoire m’a proposé d’user de ce dispositif qui avait l’avantage de me permettre de fignoler les derniers détails tout en conservant le bénéfice de mes excellentes notes (je suis évaluée entre 14 et 19 dans toutes les matières).

Au début l’idée ne me séduisait pas. J’avais fourni deux ans d’efforts et j’estimais être en droit d’être récompensée pour mon investissement. Je voulais en finir, et je voulais en finir vite.

Néanmoins, j’ai essayé de ne pas prendre une décision émotionnelle et de privilégier la réflexion.

Mon objectif à long terme est de passer un concours. J’avais prévu cette année de m’inscrire dans une formation CNED pour le préparer et de m’y consacrer en préservant mon activité professionnelle à McDonald’s pour le compte du McCafé afin de subvenir à mes besoins.

Opter pour une année de prolongement de mon master me permettrait de maintenir le statut d’étudiante, ce qui n’aurait pas été possible avec mon plan initial.

Maintenir ce statut permet de :

  • percevoir des APL plus élevées que la moyenne (quand je pense à mes revenus je vous assure que même quelques dizaines d’euros ça compte).
  • bénéficier d’un libre accès à la bibliothèque universitaire afin d’y emprunter des livres nécessaires à la préparation de concours et pouvant être assez chers.
  • obtenir des conventions de stage pour préparer les oraux du concours et faciliter mon insertion professionnelle.

Ce prolongement ne décalerait pas mes objectifs et faciliterait éventuellement ma préparation.

Je sais aussi que d’un point de vue personnel même si la note de mémoire n’est théoriquement pas importante pour la poursuite de mon cursus, je trouverais ça valorisant d’en obtenir une équivalente à celles que j’ai déjà acquises.

Comment ?

Vous l’avez compris, c’est officiel je repars pour un tour. J’aime l’idée de pouvoir me recentrer sur moi et mes projets de longs termes, de faire les choses à ma façon et à mon rythme.

On recommande aux étudiants salariés de passer les examens la première année et de se concentrer sur le mémoire la seconde. J’ai investi beaucoup d’énergie dans mon master et en particulier dans mon mémoire, en conséquence il est suffisamment construit pour que le travail restant soit essentiellement correctif. Cela devrait me permettre de travailler tranquillement avec le CNED, comme j’ai pu le faire quand j’étais étudiante de licence par correspondance.

Depuis que je suis entrée à l’université en présentiel j’enchaîne semaines de cours et travail scolaire avec mon emploi à McDonald’s. C’est pénible physiquement, surtout compte tenu de ma santé fragile. Poursuivre mon travail de barista avec le CNED et arranger mon emploi du temps autour du mémoire devrait m’aider à dégager du temps personnel. J’espère libérer une journée par semaine pour servir de « weekend » et m’accorder davantage de repos que ces dernières années. Il paraît que celui qui ménage sa monture va plus loin…

Je suis d’une nature angoissée, j’ai du mal à me faire confiance. J’espère que cette année de prolongation sera l’occasion de terminer ce que j’ai entrepris de façon sereine et d’enclencher la suite des opérations avec optimisme. Elle servira idéalement de transition en douceur entre ma vie d’étudiante salariée et une insertion professionnelle complète. Je me souhaite une année chargée en opportunités et je mise sur l’avenir, en espérant que cela finira par porter ses fruits.

Advertisements

2 commentaires sur « Et si on repartait pour un tour ? »

  1. Ton projet me parait parfaitement viable! Je crois en toi, t’as les moyens d’y arriver si tu gardes ton calme =3 Plein de courage pour la suite! C’est quel concours que tu vises?

    J'aime

    1. Dans l’idéal j’aimerais beaucoup tenter le capes en lettres modernes. Ça me tient bien à cœur même si je sais qu’avec les concours on doit se préparer sans certitude aucune, ce qui me fait très peur… J’espère pouvoir dire dans un an que c’était le bon choix.

      Merci pour ce gentil commentaire, ça me touche beaucoup :)

      J'aime

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s