5 raisons de regarder Ernest et Célestine

Après ma lecture du Grand Méchant Renard de Benjamin Renner, j’ai eu très envie de découvrir Ernest et Célestine. C’est désormais chose faite ! J’avais de grandes espérances pour ce dessin animé, qu’en est-il finalement ?

Le Pitch

Ernest et Célestine vivent dans un univers partagé en deux mondes bien distincts et organisés. Les ours s’établissent à la surface, les souris au sous-sol. Et il est impossible pour eux de se lier d’amitié. Dans cet univers immuable, une petite souris orpheline et un grand ours solitaire se sentent un peu à l’étroit dans les rôles qu’on voudrait leur faire endosser. C’est que ces deux-là sont des artistes…

1/ L’équipe du film

Dès le départ ce dessin-animé avait de très bons arguments en sa faveur : Benjamin Renner en coréalisateur (Le Grand Méchant Renard), Thomas Fersen à la chanson (coucou maman !) et Daniel Pennac (dont j’avais adoré lire L’œil du loup à l’école primaire) au scénario et dialogues. J’étais donc déjà plutôt favorablement disposée, mais je ne m’attendais pas à prendre autant de plaisir à regarder Ernest et Célestine.

2/ Une histoire accessible pour les petits et les grands

Je ne peux pas juger de la qualité de l’adaptation, je ne garde quasiment aucun souvenir de mes lectures passées. Je prends le parti de traiter le dessin-animé comme une œuvre indépendante. L’intrigue est simple sans être simpliste, bien amenée avec une morale joliment construite autour de l’idée de vivre ensemble, d’accepter la différence, de trouver son identité et de parentalité. Le film est un peu court à mon goût mais je pense qu’il a le format idéal pour un enfant. Ce format oblige la narration à aller directement à l’essentiel, on ne se perd pas en fioritures inutiles et c’est très bien comme ça !

3/ Des personnages attachants

Ernest et Célestine propose toute une galerie de personnages, même si le film est court chaque personnage secondaire a des traits de personnalités qui le distingue des autres et le développe avec un peu moins de superficialité. Mention spéciale à La Grise que j’ai trouvé géniale dans le genre horrible ! Evidemment Ernest l’ours clown/musicien est très attachant, mais c’est le personnage de Célestine qui m’a le plus faite craquer avec sa frimousse mignonne, ses envies d’évasion et son caractère si affirmé.

Source : http://ernestetcelestine-lefilm.com

4/ Le graphisme

En ce qui concerne le dessin mes espérances sont largement comblées. Je le trouve même un peu plus joli que Le Grand Méchant Renard, en tout cas il semble plus délicat. La douceur des traits et la colorisation façon aquarelle apportent beaucoup de tendresse à l’ensemble ainsi qu’un petit côté poétique, voir mélancolique par moments. L’esthétique du film m’a vraiment touchée au cœur.

5/ L’animation

L’animation des personnages est également très bien réalisée. Je sais que la souris est récurrente dans l’œuvre de Benjamin Renner et effectivement il y a maîtrise du sujet : si l’anthropomorphisme est là, on n’oublie pas une seconde que Célestine est une petite souris grâce à tout une gamme d’attitudes aussi typiques qu’attendrissantes.

En bref :

Je vais conclure simplement : Ernest et Célestine est un jolie dessin-animé plein de tendresse, à voir et à revoir.

☛ Le site officiel

Publicités

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s