La Guerre des chiffonneurs – Thomas Geha

Crédit : Arnaud Boutle
Crédit : Arnaud Boutle

Rivière Blanche, 194 pages, 17€

Synopsis

Dur d’être un Terrien élevé par le peuple Jadoin, des pirates… surtout quand on s’entiche d’une femme promise à son frère adoptif ! Marcus Mardel l’apprendra à ses dépens. Banni de son clan, il se retrouve sur la planète Tanope où il rencontre Raugri, un félin humanoïde bougon et asocial. Ensemble, dans le but de devenir prospecteurs, ils acquièrent un astronef, surnommé un soir de beuverie Le vieux mais joli lapin rose. Problème, pour le faire fonctionner, il lui faut un chiffonneur, et seul cet appareil permet la navigation intergalactique. Mais en ces temps troublés où certaines technologies se sont perdues, les chiffonneurs se font rares… de quoi déclencher, peut-être, la guerre des chiffonneurs…

Pourquoi ce roman ?

Il y a un an je vous ai déjà parlé de Thomas Geha à l’occasion d’une chronique de son recueil de nouvelles Les Créateurs qui m’avait enchantée et reconnectée avec ce genre que j’apprécie tout particulièrement. A l’époque j’avais également acheté La Guerre des chiffonneurs et croisé l’auteur qui m’avait très gentiment dédicacé les deux œuvres. Il semble aimer communiquer avec les lecteurs en toute simplicité, en tout cas il m’avait très facilement donné envie de découvrir ses univers (et aussi d’acheter la moitié de la librairie, mais ça ce n’était pas trop possible vu mes finances…).

Si j’ai autant aimé Les Créateurs, pourquoi diable ai-je attendu si longtemps pour me plonger dans La Guerre des chiffonneurs ? Tout simplement parce qu’on m’a prévenu que ce roman est très différent du recueil déjà lu, j’ai tout bêtement eu peur d’être déçue… Du coup, j’ai flirté avec ce roman, le regardant en coin à chaque fois que je piochais dans ma bibliothèque, effleurant doucement la couverture, comme par accident. Et si je me laissais charmer ? J’ose ou je n’ose pas ?

Dans sa dédicace, Geha m’avait promis :

– Une jeune femme pas piquée des vers

Un macho pas si macho.

Un gros matou dans les bras duquel se blottir un soir d’hiver

Un homme qui aime les plantes…

Et plein de méchants pour les occuper !

Paris tenu ?

Mon avis

Imaginez un drap. Maintenant imaginez deux mains qui chiffonnent ce drap à partir d’une extrémité. Que se passe-t-il ?

Hop hop ! Geha ne perd pas son temps, et en deux temps trois mouvements nous voici embarqué dans les aventures rocambolesques de Marcus et Raugri, un duo attachant qui a le don de s’attirer des ennuis. Le roman est hyper court, l’immersion immédiate et on se plonge rapidement sur les actions trépidantes de notre bande de bras-cassés.

Les premiers chapitres s’entrecoupent entre passé et présent et le lecteur comprend rapidement la tragédie (pas nécessairement hyper originale) qui a poussé Marcus à quitter sa planète d’adoption. L’histoire est racontée à la première personne du singulier, et le style très direct de la narration s’accorde plutôt bien à la personnalité baroudeuse de Marcus.

Les intrigues sont simples, avec Geha on est dans la réinterprétation des grands classiques et des références à la pelle. En gros et sans trop spoiler : chaque décision des personnages principaux les met un peu plus dans la merde les ennuis que la précédente, et l’on va de baston en baston avec une sacrée dose d’humour. Le tout a un petit côté Firefly, ce qui n’est pas pour me déplaire, avec Le vieux mais joli lapin rose, ce vaisseau de bric et de broc qui vole par l’opération du saint esprit ou presque.

Malgré la simplicité apparente de l’œuvre et la vitesse du déroulement de l’histoire on sent qu’il y a quelque chose de vraiment grand derrière cet univers, et dans les derniers chapitres on ne fait qu’entrapercevoir un background qui semble hyper étoffé, un vrai potentiel dont on attend avec impatience qu’il se réalise ! La Guerre des chiffonneurs est la première publication du cycle Planètes Pirates qui s’est agrandi avec un second tome Sous l’ombre des étoiles (chronologiquement situé avant La Guerre des chiffonneurs) et une nouvelle « Les Tiges » parue dans l’anthologie Destination Univers.

Je n’ai pas particulièrement adhéré à la romance et je n’ai pas réussi à créer de lien émotionnel avec Alsha, alors qu’elle est pourtant déterminante dans certaines situations délicates pour les protagonistes et que son histoire personnelle est particulièrement lourde, lui trouvant pour l’instant trop peu de consistance. Par contre : énorme coup de cœur pour Raugri le chat retors, j’ai vraiment regretté que le personnage ne soit pas davantage creusé (même si je ne suis pas certaine que j’irai jusqu’à oser lui demander un câlin !). Cela dit, chacun des trois personnages qui accompagnent Marcus pourrait faire l’objet d’un roman à part entière donc au fond la critique est applicable à tous. Petit bémol également sur les coquilles, malheureusement un peu nombreuses…

Je me suis sentie particulièrement intriguée par les révélations d’Antoine, et j’aimerais beaucoup en savoir plus sur les Tiges qui ne m’ont pas l’air si philanthropes que ça… Même si l’on est effectivement à des années lumières du très onirique Les Créateurs, j’ai aimé encore une fois le style de l’auteur qui décidément sait tout faire ! J’ai beaucoup ri, et je me suis sentie aspirée dans cette histoire de piraterie qui m’a faite rêvasser ensuite pendant des heures.

En bref :

190 pages c’est très court, trop pour un univers aussi dense que celui imaginé par Thomas Geha, d’où l’impression parfois d’un manque de profondeur (mais qu’on se rassure, il sera développé sur plusieurs publications). Quand on me lance les miettes d’un gâteau qui a l’air merveilleux, j’ai envie de pouvoir en profiter à fond !

Pari réussi donc, pour ce petit roman, cette flibusterie spatiale délicieusement régressive qui m’a donnée envie de me replonger dans les romans SF de mon enfance. Qu’on se le dise, Thomas Geha c’est ma madeleine de Proust à moi !

☛ Suivre le blog de Thomas Geha

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 commentaires sur « La Guerre des chiffonneurs – Thomas Geha »

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s