Massalia

Fun fact : McDonald's vend de la bière. L’absence de licence vente d'alcool libre implique qu’une vente de bière sans produit salé est illégale et nous sommes en droit de refuser d’en vendre à une personne déjà éméchée ou à un mineur.

J’avançais tranquillement ma caisse, signalant à nos clients en désirant que nous n’avions pas de bière car nous étions en train de passer de la pression à la canette. Le changement devait se faire en douceur et le stock trop léger avait été fini plus tôt que prévu, nous devions être livré dans la journée du lendemain.

Un jeune homme arrive avec quelqu’un qui était, je suppose, son papa. L’homme me commande un menu maxi avec une bière, embarrassée je me vois dans l’obligation de répondre à sa demande par la négative. S’en suit un long discours décousu dans lequel j’apprends que je vis dans un pays de morts. L’homme s’énerve, monte en pression, je tente de rester polie avant d’être menacée de me faire « casser la gueule » sous l’œil sidéré de mes collègues de travail trop surprises – et probablement apeurées- pour me donner un coup de pouce. Je tente de le raisonner, de monter la commande le plus vite possible. Le voilà qui poursuit sa diatribe :

« Ouais c’est ça je vais te casser la gueule tu vas voir ! »

« Enfin monsieur, je ne crois pas que me faire du mal arrangera quoi que ce soit, il n’y aura pas de bière pour autant vous savez… »

« Tu peux appeler la police j’en ai rien à foutre moi ! La loi ça me parle pas, je connais pas moi ! Je viens de Marseille moi ! »

Je l’avoue sans détour, si je n’avais pas eu peur qu’il s’abatte de toute sa masse sur ma pauvre petite personne, j’aurai ris. Le gamin semblait bien avoir un peu honte de son compagnon mais il n’est pas intervenu. Quel courage a-t-il fallu à cet homme la quarantaine bien passé, le ventre bedonnant, la veste en faux cuir et les cheveux gominés, pour insulter et menacer l’équipière pesant quarante kilo, si petite qu’on voit à peine son visage derrière la caisse ?

Quant à attendre de l’aide d’autrui… Que nenni mes amis ! Il a fallu que je m’en sorte seule. D’autant que son sandwich n’étant pas prêt j’ai été obligée de l’inviter à revenir le chercher quelques minutes plus tard. On m’a bien félicité pour mon calme par la suite, pour la façon dont j’avais géré la crise sans me départir de mon sourire ou de ma politesse, surtout en l’absence de manager censé prendre le relais en ce genre de situation. J’ai badiné sur la bêtise de ce monsieur qui croyait que le fait qu’il soit marseillais puisse justifier son attitude inique, plaisanté en exagérant son ridicule.

Mais lorsque j’ai fait couler les boissons de la personne suivante, mes mains tremblaient et je n’aurai su dire si c’était de peur ou rage.

Advertisements

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s