🍟 Job étudiant : McDonald's / McCafé

Tu feras des frites mon enfant

mais pas trop longtemps !

Depuis  que je travaille à McDonald’s j’ai appris que j’avais une voix de prostituée, que j’étais une « sale grognasse de campagnarde », on m’a également menacé de m’attendre à la sortie pour me « faire ma fête ». Il est même arrivé qu’un collègue inconscient donne mon horaire de sortie à un client qui pensait visiblement pouvoir séduire la petite caissière puisque, c’est un fait bien connu, les employées McDo sont faciles à « pécho ». Je me souviens aussi de cette femme qui expliquait à sa fille que si elle ne faisait pas des progrès en mathématiques elle finirait comme moi alors que j’étais justement en face d’elle en train de compter la monnaie qu’elle venait de me tendre.

Des mois déjà que je me demande ce qui peut bien pousser cette population de monsieur et madame Tout Le Monde à devenir aussi imbuvables lorsqu’ils se trouvent en face d’un(e) caissier(e) tantôt réduit(e) au statut de machine à laquelle il est inutile de dire bonjour, tantôt figure moderne de l’être inférieur. En l’honneur de quoi prennent-ils soudainement cette assurance crasse qui leur permet tout à coup de montrer à ces elfes de maison que nous sommes pour eux de quel bois ils se chauffent ?

J’ai beau chercher dans leurs yeux ce qui les distinguent du commun des mortels, ces êtres supérieurs, je suis toujours étonnée de voir en eux des individus lambda, des familles basiques ou de jeunes gens ordinaires semblant uniquement motivés par l’envie de briller face aux autres. Comme si humilier la personne debout depuis plusieurs heures déjà derrière le comptoir à envoyer des sourires plus ou moins factices et répondre de son mieux aux demandes parfois saugrenues des clients était tout à coup devenu une façon de se montrer « in », de faire voir aux copains ou au reste de la famille à quel point on est maître de son destin en comparaison de cet être falot dont le job consiste à « faire des frites ».

Car c’est là aussi un fait bien connu, les équipiers de McDo ne travaillent pas, n’ont pas de vrai métier. Non. Ils ont juste un « job », et qui plus est ce job consiste essentiellement à faire des frites (La Campagne pour l’emploi, notamment vidéo 2, est assez représentative à ce sujet). Nous ne faisons d’ailleurs rien d’autres de nos journées, inutile de venir à McDo pour ses glaces, ses multiples cafés et gâteaux, rien à faire des burgers et des mesures d’hygiène très strictes auxquels nous sommes soumis, c’est déjà un miracle que nous soyons capables de rendre le compte exact de monnaie tant nous sommes mauvais en maths, c’est même à se demander pourquoi la formation de nos managers est si reconnue sur le marché du travail. Heureusement le poste à frites est là pour nous donner une vraie place dans la société ! Vive nous, capables entre tous de remplir leurs cornets de ces précieux sésames…

Travailler à McDonald’s n’a rien d’avilissant en réalité. C’est le regard d’autrui qui rend parfois cet emploi peu gratifiant. Heureusement pour nous certains clients aident à rétablir l’équilibre, que ce soit par leur patience, par leur politesse, ou par la façon dont ils se montrent parfois si drôles et cela bien souvent à leur insu.

Publicités

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s