Petite Mort

De tous les clients que j’ai pu croiser au cours de ces longues soirées derrière le comptoir il en est qui m’ont faite rire. D’autres m’ont parfois mise en colère. Et plus rarement certains m’ont fait peur. Je me souviens en particulier de l’un d’entre eux qui vint commander au drive après vingt-trois heures, tout prêt de la fermeture de notre McDonald’s.

Je plante le décor. Il est bientôt minuit, nous sommes un manager, un étudiant manager (swing) et quatre équipiers encore présents, à nous six il faut entièrement nettoyer et fermer le restaurant. En général l’équipe chargée de faire « la close » ne part pas avant une heure et demie du matin et le restaurant ferme à vingt-trois heures, en revanche le drive reste ouvert jusqu’à minuit avec une production de burgers et frites réalisée à la demande qui peut prendre un certain temps.

Lorsque je reste tardivement j’ai souvent la charge de prendre les commandes du drive et de les encaisser, tâche relativement aisée à cette heure de la nuit mais occasion sans cesse renouvelée de se confronter à des personnalités que je pourrais qualifier d’atypiques… Je porte le casque et le signal sonore indiquant qu’une voiture vient d’arriver à la borne résonne à mon oreille. Aussitôt j’allume le micro, prends ma voix de téléphone rose (ce n’est pas moi qui le dis mais certains clients) et débute le laïus : « bonsoir, je vais prendre votre commande et vous invite à la suivre au fur et à mesure sur l’écran devant vous. Merci ». Une voix d’homme m’indique la commande, je la tape sur l’écran tactile, annonce le prix, demande s’il compte payer par carte bancaire et l’invite finalement à me rejoindre au prochain guichet. Jusque-là rien que du très normal. La routine.

C’est une vieille guimbarde qui me rejoint finalement au guichet d’encaissement. A l’intérieur deux spécimens de sexes masculins. L’homme me dit alors « à cette heure-là c’est gratuit. » d’une voix très calme. Malgré ce ton détaché je suppose qu’il blague et lui répond que s’il connaît l’adresse d’un magasin où l’on mange gratuitement je veux bien qu’il me la donne. L’homme insiste, m’explique avec assurance qu’à cette heure  les McDo font les glaces gratuitement. Je soupire intérieurement. Ce genre de types certains de leur fait je les connais. J’ai beau savoir ce qu’il en est, il n’en démordra pas avant qu’une personne « officielle » confirme mes propos. Ma manager passe à cet instant, je l’alpague au vol et lui explique à voix haute la requête de l’homme. Elle confirme tout aussi fort mes propos et je me tourne vers lui, soulagée à l’idée qu’il ai enregistré l’info. En général à ce stade de la discussion les gens qui ont faim payent, ceux qui ont un ego partent.

Sauf que l’homme ne lâche pas l’affaire. Et ce qu’il me répond m’a glacé sur place : « je ne connais pas de magasin où l’on mange gratuitement, mais je connais un moyen d’aller gratuitement au ciel. Ça vous intéresse qu’on en parle ? » Ceci dit très froidement, d’une voix complètement atone et sans expression particulière sur le visage. Dans la panique je lui ai répondu qu’on en parlerait au prochain guichet et qu’en attendant j’allais lui faire sa glace. Évidemment je me suis précipitée vers mes collègues pour raconter l’étrangeté du personnage et l’étudiant manager a pris le relai, me confirmant à son retour qu’il avait trouvé le comportement de l’homme très bizarre.

Avec le recul mes collègues ont supposé que l’homme blaguait ou essayait tout simplement de faire référence au « septième ciel » dans une tentative maladroite de séduction. Mais sur le coup je dois bien avouer que je me suis davantage vue découpée en morceaux à la tronçonneuse et emballée dans un sac en plastique !

Publicités

Exprimez-vous :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s